Jane Birkin sings Serge Gainsbourg « via Japan »

Les Docks, mercredi 25 janvier 2012

Quoi, elle chante ENCORE les mêmes rengaines … c'est ce que beaucoup ont pensé quand je leur ai dit que j'allais voir Jane Birkin aux Docks, et moi aussi d'ailleurs, j'avoue, j'y ai pensé.
Mais une fois de plus, dans une salle aussi intime c'est un privilège d'y voir des artistes de cette envergure.

Et je ne serai pas déçu : de l'émotion pure. Avec Jane forcément, avec Serge toujours ….

D'entrée je suis surpris, car je m'attendais à des musiciens déjantés, très rocks, colorés, mais c'est une sobre formation jazz qui apparaît sur scène avec un pianiste, une violoniste, un trompettiste et un batteur – tous excellents d'ailleurs – qui débute le set sur le rythme de "Requiem pour con" … cool, ça commence plutôt très bien !

Jane arrive habillée très chic, un peu garçon manqué, comme souvent elle affectionne, et nous livre un concert étonnant avec un savant mélange entre les classiques de Gainsbourg (Melody Nelson, Comics trip - avec la violoniste aux "chewbab, pop, wizzz" !) et ceux écrits par lui pour elle (En rire de peur d’être obligée d’en pleurer, Doo di dah, Baby Alone in Babylone, etc…). Tous ces morceaux ont été réarrangés par Nobu, le pianiste (très célèbre dans son pays paraît-il), et la formation réduite donne une couleur très douce et "cosy" à la prestation.

Grâce à son talent mais surtout son sourire, son charme, son humour et son humilité aussi, elle qui a côtoyé les plus grands (au cinéma aussi), elle nous emmène une fois de plus sur les sentiers mélodieux du Grand Serge. Elle semble parfois comme une jeune fille du haut de ses 66 ans et paraît réellement touchée par les chœurs montant du public.

2012_01_25-Jane-Birkin-Sings-Serge-Gainsbourg-via-Japan-Doc.jpg
Après 4-5 chansons, elle finit par se livrer un peu sur ses motivations de revisiter une fois de plus les pépites  de l’homme qui a partagé sa vie, elle nous parle de la tournée débutée tout récemment dans les pays de l'est, elle remercie même les gens d'avoir eu le "courage de (re)venir la voir chanter une fois encore les chansons de Serge", son étonnement à l'arrivée au Flon (c'est vrai que l'environnement n'est pas très engageant) : "je pensais être toute seule, que les gens ne trouveraient pas …" enfin elle paraît touchée mais très heureuse et décontractée, l'émotion est plus légère qu'à une époque où la perte de Serge se faisait peut-être encore trop vive.

On finit le concert par un 2ème rappel où elle revient seule et "on" se chante la javanaise tous ensemble a cappella …

Alors pour nous avoir fait encore une fois revivre les émotions gainsbouriennes : MERCI JANE !

Un privilège je vous dis …

Yvo© 2014 -  Hébergé par Overblog