Le "phénomène" suisse (ça n'arrive pas qu'aux autres ;-) ...

Session Paradiso jeudi 4 décembre 2008
En général je me méfie des "phénomènes" ... mais ne boudons pas notre plaisir, même si les médias en font des tonnes ces derniers temps, j'ai réellement fait une découverte hier soir avec Sophie Hunger (je ne suis ni le premier ni le dernier).

Elle arrive avec un air intimidé, un peu rêveur, pour les 10 minutes d'interview, répond (presque toujours) aux quelques questions avec un naturel mâtiné de son joli accent d'outre-Sarine, se cache sans fausse modestie à l'écoute des louanges (!) de Stephan Eicher ... mais une fois sur scène elle irradie de plaisir et le communique.

Musicalement elle touche à tout, mais c'est vrai que même si ce n'est pas d'emblée évident, il y a le petit quelque chose de plus, et les compositions sont plutôt élaborées, on passe d'un duo piano-trombone (excellent Michael Flury) à un rock bien soutenu, puis une balade tranquille, ou encore à un "Sophie Hunger Blues" seule à la guitare ... une sacrée énergie, une voix étonnante très fragile et présente à la fois, elle m'a fait penser à Jeff Buckley (pour les fragiles aigus, écoutez "The boat is full") ou à Janis Joplin (pour l'énergie de certains passages). Tout ça dans un grand sourire de béatitude ...

Au risque de répéter ce qui a été déjà dit, je pense qu'elle peut encore évoluer avec bonheur, mais qu'on a ici une véritable artiste à suivre !

Et comme j'ai acheté le CD (dédicacé) à la fin du set, je confirme que sur disque aussi c'est vraiment excellent ... il tourne en boucle !
Merci à toi Sophie.
Yvo© 2014 -  Hébergé par Overblog