Peter Gabriel à Genève

Mardi 8 octobre 2013

2013-PG zLIVE025

Comme il le fait souvent, Peter Gabriel arrive calmement sur scène pour présenter la première partie qui est composée des deux suédoises Jennie Abrahamson & Linnea Olsson, qui seront également ses choristes pour la suite du programme. Chacune ne chantera que deux chansons qui ne donneront qu'une envie : en écouter un peu plus …

Arrive alors Levon Minassian qui vient nous jouer l'intro de " The feeling begins " avec son duduk arménien, magnifique.
Peter revient sur scène pour nous donner le "menu" de la soirée, pour cette tournée qui fête les 25 ans de l'album "So" : comme entrée une session acoustique d'anciennes compositions, ensuite le plat principal qui deviendra plus électrique "voire électronique", et ensuite "si vous avez survécu à tout ça", le dessert qui sera l'album "So" au complet.

Le set commence, lumières allumées, avec Peter au piano & l'ami de toujours Toni Levin à la contrebasse pour un inédit "work in progress" assez moyen ("ma femme dit que je chante comme si j'avais bu avec cette chansons …"), et ensuite, avec l'aide des autres musiciens de la tournée "So", c'est-à-dire David Rhodes le fidèle guitariste, Manu Katché et ses fûts magiques & David Sancious qui a délaissé pour cette partie son clavier au profit d'un accordéon (!), il va revisiter en acoustique trois anciens morceaux, dont une version originale & superbe de "Shock the Monkey".

Vient ensuite le plat de résistance avec le son qui s'amplifie d'un coup sur "Digging in the Dirt", pour nous asséner une série de chansons, qui ne sont pas les plus évidente, comme "The Family and the Fishing Net"ou "Secret World" que nous réentendons avec grand plaisir. Il nous gratifie d'un deuxième inédit, beaucoup plus abouti celui-ci avec "Why Don’t You Show Yourself", composé pour un film.

2013-PG-zLIVE015.jpg

Dès les premières notes de "Red rain", nous savons que le dessert est servi, et on peut dès lors apprécier le jeu toujours aussi énorme de Manu Katché (malgré un son un peu noyé par les basses) qui reste le meilleur batteur que l'ange a eu sur ses albums. Pour ceux qui avaient eu de la peine avec Mélanie Gabriel ou – comme moi – avec Ane Brun, je vous conseille d'écouter Jennie Abrahamson qui a merveilleusement donné la réplique dans "Don’t Give Up", frissons garantis, on peut presque la comparer à l'original … presque.

L'album est donc revisité du début à la fin, plus ou moins retravaillé selon les morceaux, et c'est avec un rappel sur un bruyant "The Tower That Ate People" et l'inévitable "Biko" repris par le public, comme à l'époque, que Peter & ses amis vont nous laisser avec un portrait de Biko … Peter est un fidèle !

Côté effets spéciaux, car avec lui on en attend toujours, il sera resté assez sobre, mais efficace, avec cing grues mobiles et leurs yeux-lumières manipulés manuellement comme à l'origine et quand même, pour l'avant-dernier morceau, un cylindre qui descend du ciel pour entourer l'ami Peter avec un tissu hélicoïdal dans un déluge de décibels… on ne se refait pas !

Je suis resté légèrement sur ma faim côté émotions, quelques rares frissons sur une ou deux chansons de Peter ou sur la voix de Jennie, peut-être le public un  peu mou et la distance (nous étions sur les gradins) y sont pour quelque chose ? …

Mais il reste un très grand Artiste qu'on se réjouit de revoir … avec de nouvelles chansons !

pg14.jpg

Yvo© 2014 -  Hébergé par Overblog