Melissa Auf der Maur : une tornade rousse au D! !!

Mercredi 8 décembre 2010. En entrée, nous avons eu l’émission Tard pour Bar spéciale Gainsbourg (pour notre plus grand plaisir) où étaient invités - entre autres - Constance Meyer, Boris Bergman & Petula Clark, et où Melissa nous a gratifié d’une reprise très calme de Serge : "Bonnie & Clyde" et d’une interprétation acoustique du morceau éponyme de son dernier opus "Out of Our Minds".

 

Après la pause, est apparu Troy von Balthazar, un grand déglingué complètement barré, qui interprète ses chansons seul, principalement à l’aide de loop de guitare, mais aussi avec divers accessoires cocasses et même si musicalement je n’ai pas vraiment croché, il avait un p’tit je-ne-sais-quoi de sympa.

 

 2010_12_08-Melissa-Auf-Der-Maur-D-Club_Lausanne11.jpg

Puis arrivent Melissa Auf der Maur & ses musiciens (deux guitares et une batterie), et même si elle est surtout connue comme étant l’ancienne bassiste de Hole et des Smashing Pumpkins, Melissa fait son "bonhomme" de chemin en solo depuis 2004 et confirme avec son excellent dernier album "Out of Our Minds" sortit cette année que le rock peut compter sur elle.

 

Le son est lourd (on s'y attendait un peu vu la carrière de la dame) et ça commence très fort avec un mélange d'anciens et de nouveaux morceaux, l'écran vidéo dans le fond est utilisé avec parcimonie, mais aide à créer une ambiance un peu tribale et fantastique. Il faut dire que son album est accompagné de véritables petits films et d'une BD en vrai concept-album.

 

Malgré un public hélas un peu mou et clairsemé, le charisme de la belle montréalaise est indéniable, l'énergie positive qu'elle dégage hypnotise les gens, son attitude de rockeuse mêlée à une grâce naturelle fait mouche et ses déplacements sur scène, ses cheveux qui volent dans tous les sens avec élégance, ses poses avec son instrument fétiche captivent : l’étonnant mélange d’une silhouette gracile attachée à une basse imposante ... Sa voix haut perchée mais étonnamment puissante arrive (presque toujours) à s'imposer au son du combo et ses acolytes assurent sans s'imposer plus que ça.

 

La belle rousse est contente de parler français, et nous narre ses 5 dernières années où elle s'est beaucoup inspirée de promenades dans la nature, d’arbres qui saignent, de forêt enchantée et d'ambiance viking … tout un programme. Elle impose une intimité entre la foule et elle, et y on apprend même que son nom vient d'une ancienne famille schwytzoise (!),"Swiss blood ! " dit-elle en montrant son bras!

 

Après un show ébouriffant, une reprise de Black Sabbath "Paranoid" et quelque péripéties (la porte des coulisses est apparemment fermée à clef et les musiciens derrière n'arrivent pas remonter sur scène …), elle finit par une ancienne chanson, douce mélopée, seule à la basse et on ne peut que remarquer la musicienne, la générosité et l'émotion qui nous a tous emportés dans la nuit … mémorable !

Yvo© 2014 -  Hébergé par Overblog