Voix de Fête avec Thierry Romanens & Dick Annegarn

  • Yvo

Samedi 25 mars 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors que nous attendons devant ce vénérable casino-théâtre plein de charme, le tram s'arrête pile devant nous et y descend tranquillement Dick Annegarn qui s'en va prendre la porte latérale, celle des artistes …
La salle est presque pleine mais nous avons de bonnes places au 2ème rang, histoire de vivre pleinement la soirée prometteuse qui s'annonce.

 

Thierry Romanens et ses complices Alexis Gfeller (piano), Fabien Sevilla (contrebasse) & Patrick Dufresne (batterie) arrivent sur scène pour nous narrer l'histoire de Zátopek, une sorte de Forrest Gump chez les Soviets qui va nous emmener dans un autre monde. L'histoire d'un homme hors norme, malheureusement broyé par la guerre, le communisme et l'administration de l'époque, ce qui ne l'a pas empêché d'être triple champion du monde du 5000m, 10'000m et du marathon aux jeux olympiques d'Helsinki de 1952 !

On se laisse complétement aller, savourant les images imaginées depuis la prestation de Thierry et ses acolytes qui changent d'habit au cours des péripéties du coureur, tantôt soldat, médecin, homme d'affaires, … Romanens est plus qu'à l'aise sur la scène, se permettant quelques apartés avec ses musiciens ou le public, débitant son texte avec verve et humour. Superbe prestation où l'émerveillement côtoie la gravité.

 

Après une courte pause arrivent Dick Annegarn et ses musiciens dans un  décor sobre mais agréable avec ces carrés de tissus qui pendent du plafond et la silhouette du grand néerlandais en toile de fond … et "Roule ma poule" ! 
40 ans de carrière, probablement sa dernière tournée en tant qu'artiste de "variété" a-t-il annoncé, mais peu importe, dès les premières chansons, l’évidence est là : Dick Annegarn impose son style, vocal, guitaristique et même chorégraphique, car il bouge beaucoup. Le grand duduche hollandais a une voix qui porte, une façon inimitable de chanter avec son petit accent et reste un sacré guitariste, avec un picking très personnel, facilement reconnaissable, entre jazz et folk.

Il nous fait marrer plus d'une fois avec ses réparties et ses maladresses, souvent maitrisées j'ose à croire, et les musiciens qui l'entourent n'arrêtent pas de se regarder et de se marrer avec nous. Il faut être prêt à tout avec lui ! Ceux-ci sont d'excellents multi-instrumentistes, passant de la batterie au piano pour Christophe Cavero, du piano au cor ou à la trompette pour Jean-Pierre Soules, ou du violoncelle aux percussions pour Olivier Koundouno.

Le chanteur dont l’œil, la langue et l’esprit pétillent, trace sa route en zigzags à l’écart du peloton, les anciennes chansons et les nouvelles se confondent, comme un petit feu de joie qui prend et se propage sans fin.

Quel plaisir ! Un grand merci à toi pour cette ultime tournée ! Santé !

 

Yvo© 2014 -  Hébergé par Overblog